18 janvier 2009

Lutte contre le cancer

claudius_regaud

Pour que la recherche avance, pour que des drames comme celui que je viens de vivre soient évités, aidez la lutte contre le cancer. J'en profite pour mettre en avant le centre Claudius Régaud, qui s'est occupé de Maman. Tout le personnel y est formidable: à l'écoute, généreux, dévoué, attentif: un exemple en la matière. Ici, à Toulouse, ils font partie des acteurs majeurs de la création du futur cancéropôle, un centre de recherche et de soins dédié au cancer unique en Europe.
Pour vos donc, c'est ici: CLIC

Posté par aggie à 12:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


20 septembre 2008

Semaine de l'amitié

Beaucoup d'entre nous le connaissent déjà depuis longtemps, mais c'est toujours bon de se le rappeler (merci Papa); je copie/colle, donc:

Si l’on compare le monde avec un village de 100 habitants, en tenant compte de toutes ses composantes, le village ressemblerait alors à ceci :

57 Asiatiques - 21 Européens - 14 Américains - 8 Africains
52 femmes - 48 hommes
70 personnes de couleur  - 30 blancs
70 non-chrétiens  - 30 chrétiens
89 hétéros - 11 homos

6 personnes possèderaient 59%  de la richesse  mondiale totale 
6 personnes auraient la nationalité américaine
80 seraient sans abri
70 seraient analphabètes
50 seraient dépendantes de quelqu’un d’autre
1 serait à la mort
2 naîtraient
1 aurait un PC
1 serait diplômée
   
Si l’on regarde le monde de cette manière, il est clair que compréhension, tolérance et études deviennent nécessaires.

Si ce matin vous vous êtes réveillé sans être malade, alors
vous êtes plus heureux qu’un million de personnes qui vont mourir dans les prochains jours.

Si vous n’avez jamais souffert de la guerre, de la solitude
ou de la faim, alors vous êtes beaucoup plus heureux que 500 millions de personnes dans le monde.

Si vous pouvez aller à votre lieu de culte,
sans vous sentir obligé, sans être arrêté ou être tué,
alors vous êtes beaucoup plus heureux que 3 milliards de 
personnes dans le monde.

S’il y a de la nourriture dans votre frigo, que vous êtes vêtu, et que vous avez un toit, alors vous êtes plus riche que
75% de la population mondiale

Si vous avez un compte bancaire, un peu d’argent en poche
ou un peu de monnaie dans une petite boîte, alors vous  faites partie des
8% des personnes les plus riches au monde.

Si vous savez lire ce message, alors vous êtes béni, car :
1. Quelqu’un a pensé à vous
2. Vous ne faites pas partie des 2 milliards de personnes qui ne savent pas lire
3. Et ... Vous avez un PC !!

Quelqu’un a dit un jour :

Travaille – comme si tu n’avais pas besoin d’argent,
Danse  - comme si personne ne te regardait,
Chante – comme si personne ne t’écoutait,
Aime – comme si personne ne t’avait blessé,
Vis – comme si, ici, c’était le Paradis sur terre.

C’est la semaine internationale de l’Amitié !
Envoyez ce courriel à toutes les personnes et amis que vous trouvez importants. Si vous ne l’envoyez pas, RIEN ne se passera ! Mais si au contraire vous l’envoyez, alors parviendrez-vous sûrement à
DÉCROCHER  UN  SOURIRE ...

Posté par aggie à 20:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 juillet 2008

Laissez-les grandir ici

Laissez-les grandir ici
Vidéo envoyée par laissezlesgrandirici

Bon, je sais, ça fait dix fois que je fais le même article avec la même vidéo... Mais ça mérite d'être remis un peu à la une en ce moment, et je ne voudrais pas qu'on oublie...

Donc voilà la video, et la pétition pour les nouveaux lecteurs de ce blog. (voir les actus sur le site "laissez-les grandir ici")

Pétition : http://www.educationsansfrontieres.org

Dans les écoles, les collèges et les lycées, un grand mouvement de solidarité entoure les enfants d’hommes et de femmes sans-papiers menacés d’expulsion.

Ce mouvement est essentiel à la société française : les enfants des écoles, ce sont les enfants de ce pays, ce sont les enfants de la République.

A titre individuel ou au sein d’associations, des cinéastes se sont engagés en parrainant et en protégeant ces familles en difficulté et en danger. La décision de faire un film collectif s’est vite imposée.

"Pour réaliser ce film, nous nous sommes adressés au Réseau Éducation Sans Frontière (RESF) et à des enseignants, qui nous ont présenté certains de leurs élèves, des enfants de ceux qu’on appelle « sans-papiers ». Avec l’accord de leurs parents, nous avons travaillé avec eux en ateliers d’écriture. Les enfants ont raconté leurs situations, confronté leurs expériences. De ces échanges est né un texte (voir pétition à signer), de ce texte est né un film. Leur film.

Une forme simple qui porte leur parole et leur histoire. Une histoire de peur et de souffrance.

Les enfants ont participé à ce travail avec leur passion et leurs espoirs. Espoir de voir cesser l’arbitraire, qui fait toujours d’eux des enfants de « sans-papiers », des enfants de déboutés. Espoir de vivre sans la peur quotidienne d’être expulsés.

Passion d’apprendre et de grandir dans un pays qui est le leur comme il est le nôtre."

Ces enfants doivent vivre parmi nous. Il est aujourd’hui urgent d’affirmer : "Laissez les grandir ici !" signez la pétition ici : http://www.educationsansfrontieres.org

Posté par aggie à 20:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2008

beark!

FastFoodNation


Voilà ce que j'ai regardé ce soir. Le réalisateur, Linklater ,choisit la fiction pour adapter le terrible réquisitoire d'Eric Schlosser contre l'industrie du fast-food. Un film édifiant(je suis comme toi Alexia j'aime bien ce mot lol)
Tout y est: l'immigration et l'exploitation des immigrés, la malbouffe bien-sûr, la fin du rêve américain, les industries alimentaires qui nous vendent de la merde et qui nous prennent pour des gogos, les détecteurs de métaux à l'entrée des écoles, les petits écrasés par la grande machine agroalimentaire, et par les riches en général, les compagnies d'asurance qui ne payent pas les pauvres gens, les mères de famille célibataires qui ne s'en sortent pas et les ados qui bossent au fast-food pour les aider  payer leurs factures, tout.... Avec un focus sur les fast-foods et la fabrication des burgers, les usines à viande, gerbant... Et surtout révoltant! ...
J'adore un bon big mac de temps en temps, vraiment je suis une tres bonne cliente des fast food. Mais une chose est sûre, j'en mangerai moins, et j'y regarderai à deux fois avant d'y retourner...et pas de si tôt, je pense...

Maintenant, on sait ce qu'on fait quand on pousse la porte d'un mac do, on comprend mieux toutes les implications...

A VOIR!!!!

pour en savoir plus: fast food nation, le site officiel

FastFoodNationMovieWebSite

Posté par aggie à 00:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 février 2008

Poudre aux yeux

Poudre aux yeux
Vidéo envoyée par lesenfantsdedonquichotte

Un documentaire inédit et en exclusivité sur Dailymotion signé des Enfants de Don Quichotte. (Réalisation: JB et Augustin Legrand, Ronan Denecé) 71 minutes de résistance au présent. Le 26 octobre 2006, de simples citoyens se mobilisent pour fédérer les sans abris de Paris et défendre leurs droits.  Voici l'histoire de leur combat dont ce film se veut être un prolongement, une arme, un outil.  Véritable camp retranché, le canal saint martin fut pendant quelques mois l'expression d'une nouvelle forme de résistance.  (...) L'amplification de cette résistance ne doit pas cesser, par le biais de ce documentaire nous invitons chacun d'entre vous à participer à cette lutte citoyenne et fraternelle;    Le 21 février 2008, les 28 associations unies, parmi lesquelles le Secours Catholique, la Fondation Abbé Pierre et ATD Quart Monde appellent à un rassemblement pour une nuit blanche citoyenne, Place de la République à partir de 18H00. Pour une véritable politique publique du logement, pour le respect du droit, pour la bonne application des promesses électorales. Soyons nombreux. bien-logés, mal-logés, sans abris, solidaires, citoyens. Renseignez vous et inscrivez vous sur: www.lesenfantsdedonquichotte.com

Posté par aggie à 21:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 janvier 2008

journalistes emprisonnés....suite!

Ils ont été libérés!!!

Posté par aggie à 13:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2008

journalistes emprisonnés

la petition ici:

Posté par aggie à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 décembre 2007

Nicolas Sarkozy en Chine - extrait du 20h de France 2

Nicolas Sarkozy en Chine - extrait du 20h de France 2
Vidéo envoyée par alatele75

des leçons d'éducation venant de chine.... je me demande ce que les étudiants de Tien an men ont pensé de la réflexion de notre président...

Posté par aggie à 23:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 novembre 2007

Le blog AJT de Sébastien Fontenelle: vive le feu

un copié collé de ce blog...., dont voici le lien, sur 20minutes .fr
http://vivelefeu.blog.20minutes.fr/archive/2007/11/24/big-sarko-is-watching-you-sauf-si-tu-t-appelles-denis-gautie.html

"24.11.2007
Big Sarko Is Watching You (Sauf Si Tu T'Appelles Denis Gautier-Sauvagnac, Auquel Cas Big Sarko Is Watching Ailleurs)

Ca fait 202 jours que Sarkozy est au(x) pouvoir(s), et dorénavant le culte halluciné de sa personnalité se donne sans complexe pour ce qu'il est: "Nicolas Sarkozy peut tout faire" (1), nous explique-t-on à la "faveur" de son voyage en Chine, où Rama Yade, secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, ne l'accompagne pas (2).

"Le président n'a pas besoin de Rama pour parler des droits de l'homme, pas plus qu'il n'a besoin de Barnier pour parler d'agriculture ou de Lagarde pour parler d'économie", assure David Martinon, porte-parole de l'Elysée.

Le chef de l'Etat n'a que faire, en somme, d'un gouvernement dont les ministres ne lui sont d'aucune espèce d'utilité.

Omnipotent, omniscient, le chef de l'Etat est quelque chose comme un Big Sarko survitaminé qui sait tout et peut tout.

C'est son porte-parole qui l'affirme désormais à haute et intelligible voix, sans que nul(le) ne s'offusque vraiment de cet ahurissant délire: il est vrai qu'une respectueuse retenue semble être la règle, sur les sujets qui pourraient affaiblir le culte halluciné de la personnalité de Sarkozy.

On sait, par exemple, "Marianne" le révèle ce matin mais l'information est connue depuis le début de l'après-midi d'hier, que, dans l'affaire de l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), Sarkozy a été informé dès 2004, "quand il était ministre des Finances", des "retraits suspects effectués par Denis Gautier-Sauvagnac" dans les caisses de cette organisation patronale (3).

Retraits qui "se montaient, selon "Marianne", à 700.000 euros en 2000, 900.000 euros en 2001, 700.000 euros en 2002, 600.000 euros en 2003 et 300.000 euros de janvier à mai 2004".

(Voilà des sommes (en liquide) qui nous changent agréablement, n'est-ce pas, des minables salaires des privilégié(e)s de la fonction publique...)

Il faut le répéter lentement, pour bien se pénétrer de ce que ça induit: Sarkozy, l'omnipotent, l'omniscient, a été informé dès 2004, par "le service d'enquête du ministère des Finances", d'une affaire où "Denis Gautier-Sauvagnac (...) se promenait régulièrement avec des mallettes d'argent liquide provenant d'une mystérieuse caisse noire dotée de plus de 600 millions, alors que le budget annuel du MEDEF ne dépasse pas 32 millions d'euros" (4).

Et qu'a-t-il fait, à ce moment-là?

Qu'a-t-il fait, cet homme qui "peut tout faire", et qui nous a promis, à mainte et mainte reprise, que son règne serait celui, aussi, de la "transparence"?

Il a "empêché la justice de travailler sur la caisse noire de l'UIMM", explique "Marianne".

Il a tout simplement "voulu enterrer l'affaire".

Hein???

Quoi???

Le même crâne chef de l'Etat, qui régulièrement réclame pour la gueusaille (surtout quand elle n'a pas de papiers) d'impitoyables châtiments, a regardé ailleurs, quand on lui a signalé que des patrons faisaient grave du black et se baladaient avec des liasses de 900.000 euros?

Voilà exactement ce que j'appelle une info sensationnelle.

Une info qui, par conséquent, devrait faire sensation, et être partout reprise, partout affichée, partout proclamée.

Or: dans la presse du jour?

Pas un mot.

Pas un entrefilet.

Rien.

Silence de mort.

Dans "Libération"?

Pas un mot (5).

Dans "Le Monde"?

Pas un mot.

(Et nous verrons plus bas le cas du "Parisien".)

On a beau savoir que nos médias sont un banc de moules avariées: ça estomaque.

Mais ça confirme, on le soupçonnait, que la presse n'informe pas: elle forme.

La presse forme la molle masse des moutons qui, à Sarkozy, ne diront jamais non.

La presse est là pour filtrer notre information, pour décider, jour après jour, de ce que nous saurons, et de ce qui sera tu.

La presse est là pour nous gaver de menteries sur les grèves - c'est ce qui vient de se passer pendant 15 jours, va faire un tour chez Acrimed si tu cherches des preuves (6).

La presse est là pour nous gaver de précisions à la con sur le coût des grèves - genre "100 millions d'euros" à la SNCF, c'est la SNCF qui le dit, c'est pas non plus comme si on allait vérifier.

(Pauvre SNCF, salauds de grévistes.)

La presse est là, aussi, pour nous gaver de l'assurance que les pauvres nusagers pris en notages pendant les grèves seront dûment dédommagés - et que "la SNCF et la RATP consacreront plusieurs dizaines de millions d'euros à ces indemnisations" (7).

(J'ai même entendu l'autre jour, à la télé (je crois), un misérable journaleux qui regrettait pour ainsi dire que la SNCF ne rembourse ni les taxis, ni les nuits à l'hôtel des pauvres nusagers-notages...)

Mais la presse ne nous dit pas, ou en tout petits caractères, que les grévistes vont perdre ce mois-ci plusieurs centaines d'euros, et que du coup, pour eux, "ça va être dur pour Noël", et que du coup, pour eux, "les cadeaux ne seront pas aussi beaux que d'habitude" (7) - parce que, bien évidemment, l'admirable Bernard Thibault, dont "Le Monde" lèche le fondement avec beaucoup de frénésie (saluant très bas les merveilleux "galons de réformiste" qu'il vient de se gagner), a brisé la grève en oubliant soigneusement de réclamer que soient payés les jours de grève.

(Alors que moi, n'est-ce pas: je n'ai rien à foutre que les nusagers-notages soient dédommagés, je les emmerde, ces pauvres noeuds gavés de jités (8) - mais j'aimerais assez que les "dizaines de millions d'euros" de ce dédommagement soient versés aux grévistes.)

Et la presse ne nous dit pas, non plus (même pas en petits caractères, pour le coup), que Nicolas Sarkozy a "empêché la justice de travailler sur la caisse noire de l'UIMM".

(600 millions d'euros pourtant: ça fait de quoi sauver quelques régimes spéciaux, pas vrai?)

Les journaleux, laquais serviles du régime, trient l'info - et suppriment de notre paysage (médiatique) tout ce qui pourrait nuire au culte halluciné de la personnalité de Sarkozy.

Christine Lagarde nous a prévenu(e)s: "Il faut arrêter de penser".

(Du moins était-ce dit sans fard.)

Et en effet, le régime et ses valets de la presse ne veulent pas que tu penses.

Et en effet, le régime et ses valets de la presse ne veulent pas que tu formules des critiques - sauf contre les grèves, sous leur encadrement.

Ils préfèrent que tu consommes.

Cessez de penser: consommez!

("La montée en puissance de (...) l'idéologie de la consommation (...) constitue une part importante de ce que Noam Chomsky a appelé "la manufacture du consentement": l'acceptation de l'ordre social (...) est désormais assurée moins par la répression que par la séduction. (...) Une batterie de moyens sont mis en oeuvre pour entretenir une ardeur (...) consumériste (...) indispensable à la bonne marche du sysème (...)" (9).)

Tu crois que j'en rajoute?

Mais comme je disais on sait depuis le début de l'après-midi d'hier que Sarkozy a "voulu enterrer l'affaire" de l'UIMM - et vois plutôt ce que "Le Parisien", qui ne dit mot de cette info sensationnelle, préfère mettre ce matin à la une:

(photo d'un enfant et gros titre: "et si on pensait à noel?")

C'est tellement simple, au fond.

Si nos médias cessaient de mentir, et nous entretenaient un peu de ce qui se passe dans la vraie vie, nous pourrions penser à des trucs un peu énervants.

Nous pourrions observer qu'"au détour d'un amendement du projet de loi de finances 2008, les députés ont adopté, vendredi 16 novembre 2007, la suppression en France de l'impôt de Bourse", qui "portait sur les principales transactions boursières: régressif, il taxait les transactions à 0,3 % lorsqu'elles étaient inférieures à 153.000 euros, puis à 0,15 % au-dessus de ce seuil" (10).

Nous pourrions observer que le régime vient aussi "de "réformer" la fiscalité des dividendes, histoire de permettre aux rentiers les plus gras de payer un impôt de seulement 18 %, contre 24 % auparavant" - ainsi que me le faisait remarquer ce matin mon camarade Olivier.

Nous pourrions nous étonner de ce que Laurence Parisot, au lieu que de se faire toute petite au moment où l'affaire de l'UIMM jette une lumière crue sur les pratiques du patronat, exige tranquillement l'abrogation de la durée légale du travail.

Nous pourrions réaliser, finalement, que ce régime de guerre de classe(s) n'a d'autre objectif que de prendre aux pauvres pour gaver les riches dont par ailleurs il couvre les turpitudes.

Et qui sait: nous pourrions, même, en prendre ombrage.

Mais "Le Parisien" préfère que nous pensions à Noël, et pousse même la servi(abi)lité, "alors que les catalogues de jouets s'arrachent", jusqu'à nous "aider à choisir les cadeaux pour les plus petits": c'est toujours ça, n'est-ce pas, que les enfants des cheminots grévistes n'auront pas.

(Et, tiens, agade comme le monde est petit: France 2 ouvre ce soir son jité en demandant à des passant(e)s, manifestement ravi(e)s de contribuer à ce pur moment d'obscénité, ce qu'ils vont demander au Père Noël...)

Dis, tu sens, comme ça pue?

(1) "Le Monde", samedi 24 novembre 2007.
(2) Car, n'est-ce pas: "L'Elysée espère conclure au cours de cette visite de trois jours d'importants contrats commerciaux" - et le régime qui vient de passer huit jours à nous répéter (par la voix notamment de Valérie Pécresse et de ses laquais de la presse) que les mouvements sociaux étaient manipulés par "l'extrême gauche" n'a aucune intention de fâcher les "communistes" chinois en les importunant avec un truc aussi bien-pensant que les droits de l'homme.
(3) "UIMM : le cabinet de Sarkozy a été informé en 2004", Nouvelobs.com, 23 novembre 2007, 16 heures 19.
(4) "Marianne", samedi 24 novembre 2007.
(5) Mais un encadré totalement grotesque, pour signaler que le chauffeur "d'un des directeurs généraux de l'UIMM" a raconté "les arrêts qu'il effectuait à la banque de la fédération nationale": entre deux infos de très inégale importance, "Libé" a donc choisi, avec de beaucoup de cautèle, celle qui n'allait pas nuire à la bonne réputation de Nicolas Sarkozy...
(6) www.acrimed.org
(7) "Le Parisien", samedi 24 novembre 2007.
(8) Oui, je suis un peu énervé.
(9) "Le moral des ménages", par Mona Chollet, dans "Manière de voir" n°96, décembre 2007: "La Fabrique du conformisme".
(10) http://www.france.attac.org/spip.php?article7817.
20:55 Lien permanent | Commentaires (0) | Envoyer cette note"

Posté par aggie à 18:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

19 novembre 2007

Et les militaires?

Et maintenant, parlons un peu de la retraite des militaires!
Par Bruno Masure (Futur retraité (à 40 annuités)) 11H32 15/11/2007
Rue 89

Dans le concert cacophonique sur les régimes "spéciaux", je m’étonne du silence… assourdissant sur les faveurs dont bénéficient les cadres de l’armée en matière de retraites: à côté d’eux, nos cheminots "privilégiés" sont des enfants de chœur!

Si j’en crois les chiffres publiés par la presse , notamment par "Le Canard enchaîné" (à confirmer auprès de la "grande muette"), nos cadres militaires bénéficient d’un régime… très spécial.

Alors que 1100000 retraités de la fonction publique se partagent 5 milliards d’euros, ce sont 8,2 milliards qui sont budgétés pour 513000 pensionnés militaires

Un sous-off’ peut partir en retraite après quinze années de service, en cumulant avec un autre job (un certain nombre d’emplois civils leur sont réservés, sans concours ni examen)...

Pour les officiers, vingt-cinq années de cotisation suffisent, avec possibilité de cumul plus compliquée. Un général part avec 4000 euros en moyenne, à 57 ans ou plus (plus une enveloppe du ministère de 3 millions par an, au titre de la "reconversion"…)

La Cour des Comptes remarquait, en 2004, que "la retraite moyenne des militaires représente 72% du salaire net des Français en activité dans les secteurs privés et semi-public". Encore plus fort: "Un militaire qui part au bout de vingt-six ans de service a la même retraite qu’un civil après trente-trois ans."

D’où ma question: le gouvernement va-t-il aller jusqu’au bout de sa volonté affichée de supprimer TOUS les régimes spéciaux (sans oublier, en passant, celui des parlementaires)?

Posté par camlion, 16 novembre 2007 à 17:52

Posté par aggie à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]